Georges M.M. Cottier OP †

A des esprits modernes la devise de notre Ordre, veritas peut paraître anachronique et désuète. Car la mentalité culturelle qui domine notre temps est relativiste. Et il ne s’agit pas là d’un phénomène secondaire, et accidentel. Nombreux sont ceux qui pensent qu’il y a là le signe d’un esprit émancipé, libéré de l’ingénuité des générations du passé.

Nietzsche a porté un diagnostic qui touche le cœur de la mentalité actuelle, en parlant de « méfiance méthodique » . Un des précurseurs du rationalisme moderne, Descartes, a forgé le mythe du « malin génie », qui exprime la peur d’être trompé, comme si notre intelligence, à condition d’appliquer une méthode de penser adéquate, était par elle-même infaillible, la tromperie étant une sorte d’agression venue du dehors.

L’individualisme est une autre source du relativisme. Il s’exprime notamment au plan moral par la formule : à chacun sa vérité. Et comme de la vérité on a retenu qu’elle se définit par l’adéquation, on a déplacé celle-ci de l’objet au sujet. La vérité devient l’accord avec soi-même. Certains préfèrent parler de sincérité. Une autre forme de l’individualisme fait de la liberté le principe suprême, si bien que la liberté est créatrice des valeurs, y compris de la vérité. La liberté ainsi est guidée par les valeurs qu’elle se donne, qu’elle choisit. En général, la sécularisation qui fait de la raison humaine le fondement premier de la pensée aboutit au même résultat.

Il m’a semblé que ce bref détour nous permet de mieux saisir la force de notre devise. Il nous rappelle également que nous devons être libres de tout conformisme.

Veritas exprime l’intuition évangélique de saint Dominique : la prédication qui définit notre vocation est dans l’axe des paroles du Prologue de l’Evangile de Jean (1 Jn. 1,1 7). « Car la Loi fut donnée par l’intermédiaire de Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ ». La vérité divine est vie et cette vie, commencée ici-bas, trouvera sa plénitude dans la vision béatifique.

La théologie est une forme de la prédication, elle est attestation et explicitation du mystère de Dieu, qui est la vérité première et la source de toute vérité.

De saint Dominique, les témoins nous ont rapporté qu’il avait le sens de la responsabilité de la parole, qui doit être respectée, car elle est le véhicule de la vérité : cum Deo vel de Deo. La formule, au-delà de la dévotion personnelle, a une portée exemplaire. Elle désigne le style de la théologie. Saint Thomas l’a parfaitement traduite : contemplata divis tradere.

La sécularisation de la pensée à laquelle j’ai fait allusion comme cause du relativisme a une conséquence anthropologique. En effaçant Dieu de son horizon, l’homme est devenu problématique, il est la proie du doute sur sa propre identité. Cette crise était prévisible puisque l’homme a été créé à l’image et ressemblance de Dieu.

Ce n’est pas un fait accidentel que dès l’origine Dieu ait suscité dans l’Ordre des théologiens de génie comme Albert le Grand et Thomas d’Aquin. C’est pourquoi la fidélité à saint Thomas et à ses grandes intuitions nous est spécialement confiée.

A ce propos je voudrais relever un point qui me paraît fondamental. Saint Thomas a donné une signification et une ampleur proprement chrétiennes à l’affirmation majeure d’Aristote sur l’attitude première de l’intelligence devant la réalité qu’est l’admiration, le thaumazein. La réalité est pleine de sens, elle est intelligible, elle parle à notre intelligence, en comblant notre attente et en ne cessant de l’éveiller à une constante découverte. Pour l’intelligence chrétienne cet émerveillement a pour objet le mystère de la création et le mystère de la Croix rédemptrice. Le sujet pensant n’est pas constamment renvoyé à lui-même. Il est fait pour s’ouvrir à la surprenante vérité des choses et à la source de toute vérité. C’est pourquoi cette expérience fondatrice ne va pas sans perception de la beauté, sans amour et sans joie.

Ce sont là des traits de notre vocation intellectuelle, de sa liberté de notre amour du prochain et aussi de notre compassion pour ceux qui sont captifs de l’erreur et de notre désir d’être témoins de la lumière.

 

Categories: Beispiel-Kategorie

Leave a Reply

Be the First to Comment!

Notify of
avatar

wpDiscuz

Copyright ©2017 Dominikanerorden

 Lindenstr. 45, 50674 Köln      +49 (221) 58070000